Articles

Mon matin avait tellement mal commencé!

En y repensant, ma nuit aussi avait été plus qu’ordinaire. J’ai passé la majorité de mon temps au lit à me battre contre des “dividus” qui voulaient entrer chez nous pour nous tuer!

C’est peut-être le café que j’ai pris hier soir qui m’a viré à l’envers, ou l’épisode de Walking Dead qui a semé des graines de violence extrême dans mon petit cerveau, mais bref, j’ai dormi tout croche et je me suis levé en retard.

Le fameux “snooze” de trop!

J’ai donc garroché mes affaires dans mon sac à lunch et je suis sorti de la maison en catastrophe.

Puis, j’ai tourné le coin de la rue et j’ai réalisé que j’avais oublié mon téléphone et ma pagette! (oui, ma job m’oblige à trainer une pagette, bienvenue en 1996!)

Retour à la maison…

Je repars, prise deux, et le trafic du matin est épouvantable. Comme dix milles autres cons assis derrière un volant, je prends ma place dans l’embouteillage et je trouve que ça n’a pas d’allure comme mode de vie. Coudonc…

J’ouvre la radio, tsé histoire de me changer les idées, de me mettre de bonne humeur…

Mauvaise idée, on parle juste de l’attentat de Las Vegas, du maire Labeaume et de son maudit tont condescendants envers ses citoyens, de Justin Trudeau, qu’on qualifie de Barbie parce qu’il est plus beau que bon, etc etc etc.

Puis juste de même, pour essayer de sauver quatre secondes et quart dans le trafic, un beau champion me coupe et manque de rentrer dans la voiture qui le précède quand celle-ci freine brusquement!

Floutch!

Ou splash!

Je n’ai pas remarqué le son exact qu’a fait mon café en se renversant partout sur la console. Mais je n’avais plus de café dans ma tasse. Il y en avait partout; sur mon téléphone, dans mon coin à monnaie, mes pantalons…

À ce moment-là, je ne suis pas fâché du tout.

Non, parce que fâché, ce n’est pas assez fort comme qualificatif. Je fulminais carrément. Je suis pourtant un gars normalement zen et plutôt relax, mais ce matin, la séquence d’événements négatifs, mélangés à une mauvaise nuit de sommeil en étais juste trop.

Puis, arrivé au travail, j’ai entendu une petite musique. Quelques notes bien distinctives émanaient de mon téléphone pour me signaler que quelqu’un avait besoin de mon aide. Comme un Bat signal, mais sonore.

Un aveugle dans le monde avait besoin de Super Cool Dad!

Je m’explique: j’ai récemment téléchargé une application qui s’appelle “Be my eyes » (sois mes yeux), qui est une app de microbénévolat pour non-voyant.

C’est un genre de Facetime pour aider les personnes non voyantes avec leurs petits défis quotidiens.

Tu t’enregistres, tu donnes quelques infos et tu joins les rangs de l’armée des microbénévoles. On appelle ça du microbénévolat parce que l’aide demandée n’est souvent que de quelques secondes, voir une ou deux minutes, mais ça fait réellement une différence dans la vie de gens souffrant de handicap visuel.

Comment ça marche?

Ton téléphone va émettre une sonnerie particulière environ une fois par mois, tu peux répondre ou non, libre à toi. L’appel est transféré à un autre bénévole si tu laisses sonner.

Ensuite, tu réponds, comme à un appel Skype ou Facetime et quelqu’un qui a besoin de toi est là, la main tendue à attendre un coup de pouce.

Ce matin, j’ai aidé un Français à se choisir une chemise avant d’aller à une entrevue pour un emploi. J’ai déjà lu des lettres qui n’étaient pas en brailles à une dame, aidé une personne âgée à identifier une conserve de pois pour son souper et un autre à retrouver ses clefs perdues dans la maison.

Laisse-moi te dire une chose, nos petits problèmes, nos soucis du quotidien, notre petite misère, ils ont la vie dure en maudit quand tu te rends compte que pendant que tu frustres pour un dégât de café, il y a un gars à l’autre bout de la planète qui ne peut même pas s’habiller tout seul!

Je l’ai donc “habillé” en parfait gentleman, il m’a remercié, la conversation a pris fin et tu sais quoi? J’allais instantanément mieux, j’avais fait une différence et c’était assez pour me sortir du côté obscur de la Force.

Des fois, ce n’est pas notre bonheur qu’il faut essayer de réanimer! Parfois, c’est en réanimant le bonheur des autres que tu ramèneras le tien à la vie.

Parce que si tu ne le savais pas, le bonheur, c’est comme la gastro. C’est contagieux pas à peu près!

Voici le lien vers l’app si jamais ça te dit de donner un peu de temps et d’aider ton prochain 🙂  http://bemyeyes.com

ABONNE-TOI À COOL DAD!

Notre infolettre, c'est des rabais exclusifs, des activités gratuites, des concours et un peu d'humour tordu dans ta vie de parent.

Vous vous êtes inscrit avec succès !