Le charge mentale, ce fléau moderne qui accable tant de femmes et qui excuse maintenant tous les maux et toutes les « malfonctions » de nos ménages n’est qu’une grosse farce.

Bon s’est dit, la charge mentale, et surtout le fait qu’elle semble n’affecter que la gente féminine, je n’y crois simplement pas. 

Premièrement, ce n’est  pas parce qu’on met un nom sur un « état » que tout le monde se met automatiquement à en souffrir.  Oui ça existe, mais est-ce que c’est si pénible, j’en doute.

Secondo, même si tu « souffres » de charge mentale, c’est pas nécessairement elle qui t’épuise, te gâche la vie ou mine ta santé mentale.

Bon, tu dois te rappeler de payer un compte, de l’heure du spectacle de danse de ta fille, du rendez-vous pour le changement d’huile, d’inscrire les enfants au soccer et par dessus tout, de mettre un pyjama à ton fils pour la journée spécial au camp, ouin pis?

Ma mère faisait tout ça, travaillait temps plein, avait encore du temps pour ses loisirs et s’occuper de quelques blocs appartement au travers. Ça s’appelle la vie de famille et si tu penses que ton cerveau va exploser à essayer de gérer un horaire, achète-toi un agenda ou un calendrier et planifie tes affaires  sur le sens du monde. 

Mon père a toujours dit « organise toi ou tu vas te faire organiser » et ça en plus de faire mauditement du sens, s’applique autant pour les hommes que les femmes.

Je fais juste m’imaginer revenir en arrière et rencontrer la mère de mon beau-père, une femme qui a eu 14 enfants dont plusieurs avec des déficiences et lui expliquer qu’en 2018, les femmes se plaignent d’avoir beaucoup de chose à penser…

Quand le bain devenait une chaîne de production.

Ou ma propre grand-mère, qui a élevé 3 enfants avec un mari violent, un salaire de misère et qui a trouvé le temps de se creuser un sous-sol à la pelle. Ils sortaient la terre dans la cour avec des chaudières et quand le tas devenait trop gros, elle appelait une pépine pour qu’elle vienne ramasser la montagne et ils recommençaient.

«  Grand-maman, c’est pas évident pour ma femme tsé; devoir me demander de l’aider si je ne vois pas ce qu’il y a d’urgent dans la maison parce que pour moi, c’est pas aussi primordial que pour elle… »

Hey boy, la claque que je mangerais. Grand-maman aurait eu beau demander, elle n’en aurait pas eu de « l’aide ».

Je met « aide » entre guillemets parce que pour moi, faire ma part dans la maison, c’est pas de l’aide, c’est juste du travail d’équipe. Aider quelqu’un, c’est lui donner un coup de main pour une tâche qui lui est réservée, pas se diviser le travail équitablement.

Parce que le problème, c’est pas que les hommes n’en font pas assez dans la maison, c’est qu’il arrive que maman doit lui demander.

Pis demander de l’aide, ça l’air que c’est rendu aussi difficile et souffrant que de courir un marathon pieds nus. Donnez-moi un break svp.

En passant, si ton chum ne fait jamais rien dans la maison, c’est pas un trouble de charge mentale que t’as, c’est un problème de pogne cul, arrête de te plaindre, assis-toi avec lui, parle-lui dans le blanc des yeux ou sacre le dehors.

La vie n’a jamais été aussi facile qu’aujourd’hui; on vit dans une époque merveilleuse et on se plaint de quoi? D’avoir des choses à se souvenir, moi je débarque totalement.

Je ne dis pas qu’elle est parfaite notre vie de fou, la course métro, boulot, dodo, la gestion familiale des horaires, des fêtes d’amis, des allergies et des visites chez le médecin, mais on exagère pas à peu près quand on qualifie ce qui est simplement la vie de famille moderne de fléau, de phénomène éprouvant ou de charge insurmontable.

Ce qui est important à retenir, c’est que c’est pas parce qu’on a mis un mot sur ton état que ça en fait une maladie effroyable, une condition difficile ou une excuse pour constamment te plaindre de ton chum. 

Ben non, c’est pas parce ton mec se sacre de ta charge mentale qu’il n’éprouve pas de stress pour la préparation du linge des enfants du lendemain ou pour toutes les autres tracas qui te tournent dans la tête, c’est juste que lui, il n’est pas comme toi, il est différent et il s’en sacre pas mal si les culottes de jr ne match pas à la perfection avec son t-shirt.

charge mentale

On jase juste de même, pendant que tant de femmes s’offusquent du fait qu’elles doivent rappeler à monsieur d’acheter du dentifrice, d’amener le petit à son rendez-vous chez le médecin ou de sortir le rôti du four, combien d’entre elles font la moitié de la pelouse, teignent la clôture, nettoient les gouttières, refont la salle de bain ou pelletent l’entrée en hiver?

Si on essayait de se souvenir qu’en une seule génération, on n’est pas passé du gars qui ne fait rien dans la maison à l’homme qui fait sa part. On doit peut-être lui rappeler de temps à autre ce qu’il y a à faire, mais l’homme de 2018 met la main à la pâte et en est même généralement fier. Essayons juste de pas tous devenir des victimes de nos vies parce qu’on a des affaires à se rappeler.

P.S. ATTENTION, mon opinion en est une GÉNÉRALE et ne s’applique nullement dans les cas de dépression majeure, de syndrome lié au post partum ou au burn out. Ces maladie sont réelles et ne devraient jamais être prises à la légère. Je me questionne simplement sur le fait qu’il est maintenant presque devenu à la mode de se plaindre de charge mentale. 

 La course Cool Dad de Québec est dans 30 jours! As-tu réservé ton billet?

billet