C’est aujourd’hui la fête des Pères, la journée du papa, de l’homme devenu père, c’est un beau moment, une belle occasion pour souligner le travail et l’apport de celui qui est malheureusement trop souvent considéré comme le 2e parent, celui dans l’ombre à qui aucune publicité ne parle, pour qui aucun produit n’est dédié et qui, trop souvent, est considéré comme le moins bon des deux, le parent “junior”.

Papa, c’est celui qui ne connait pas la taille de vêtement des petits, qui n’est pas capable de faire des tresses, qui se trompe dans le lunch d’école, qui oublie les souliers d’éducation physique et qui trop souvent, fait rire de lui ou reçoit des regards curieux parce qu’il fait les choses différemment…

C’est aussi celui qui répond au téléphone et qui se fait demander sa “conjointe” par l’enseignant ou un autre parent pour une invitation de fête d’enfant, qui se fait regarder bizarrement aux rencontres d’école et qui est un peu mal à l’aise quand vient le temps d’amener sa fille aux vestiaires des cours piscine.

Mais ce parent-là, celui de deuxième ordre, qui depuis quelques années, est dépeint comme un bouffon un peu maladroit sans compréhension pour la charge mentale féminine, il ne faut pas oublier qu’il est là, qu’il se démène et que comme maman, désire plus que tout , le bien et le bonheur de sa progéniture. Même si c’est en empruntant des chemins différents de maman.

Il ne faut pas oublier qu’il est aussi le roi des cabanes dans les arbres, le meilleur prof de vélo à deux roues, l’expert des culbutes et des bombes dans la piscine, le matador des matchs de luttes aux oreillers et un professionnel du grimpage aux arbres.

As-tu ton billet pour l’événement père enfant de l’année?

billet
Papa, c’est le king des parties de cachette, le chevalier des monstres sous le lit et le champion des jokes plates. Toujours à un pet proche de faire éclater de rire la famille entière au moment le moins opportun.

Ce parent-là, ce papa-là, c’est le yin du yang, c’est l’équilibre folie/cartésien de la vie de famille et c’est grâce à lui si, au fond, maman est une maman.

Parce qu’en réalité, il n’est pas plus ou moins important que la mère, il est son égal en tout point et à eux deux, ils sont le noyau de ce qui compte le plus, la famille.

Son règne, qui a commencé lors de la coupe du cordon ombilical et qui se perpétue à chaque assassinat d’araignée et d’ouverture de pot de confiture, prendra fin un jour, quand il couronnera son petit prince ou sa princesse. Après l’avoir déménagé cinq ou six fois, avoir peinturé au moins 2 logements, consolé multiples peines d’amour, prêté une véritable petite fortune et résolu multiples conflits et problèmes en prenant bien soin d’en garder le secret.

“Ça reste entre toi et moi mon amour, on le dira pas à maman.”

Ce jour là, quand il passera son titre et que papa deviendra grand-papa, il saura que peu importe comment la société aura vu son rôle et sa présence, il aura été aimé, apprécié et chéri de ceux qui comptent vraiment; ses enfants.

Il ne sera plus à leur côté sur cette route qu’ils emprunteront maintenant seul, mais papa est confiant, car à travers chacun de ses enseignements, il leur aura appris à marcher la tête haute, à savoir y identifier les dangers et embûches, mais surtout, à retrouver le chemin de la maison.

Car papa, même si son poste est maintenant devenu “temps partiel” continu de veiller.

Toujours il veille.

T’as aimé, merci d’encourager le mouvement et le fait qu’il n’y ait aucune pub ou « pop-up » sur notre plateforme en commentant et partageant 🙂