Le dernier retranchement de paix

Quand je suis devenu père, personne ne m’avait prévenu que rendu à un certain âge, mes enfants me suivraient continuellement tels des zombies affamés de chair fraîche…

Malgré la petitesse de mon appartement, j’avais réussi à me trouver un endroit juste pour moi. Un endroit où , lorsque j’avais besoin de respirer un peu, entre une crise du plus vieux qui veut le bol rouge au lieu du bleu pour manger, et mon plus jeune qui à décidé qu’il était temps pour lui de ce mettre au « drum » . . Avec des Mega Bloc . . Dans ma télé….. Je pouvais aller me calmer seul avec moi-même.

Je disais donc que je m’étais trouvé un simili havre de paix temporaire. Les toilettes….

Bon, y’a mieux pour avoir 5 minutes de silence, mais on fait s’qu’on peut avec s’qu’on a. Et tant qu’à être là, j’en profitais pour faire chanter la baleine*.

Parce que ça aussi, personne ne m’avait avertie qu’une fois que mes héritiers seraient là, il serait quasi-impossible de répondre aux besoins de la nature. Mais même avec le plus habile des subterfuges, afin de dissimuler mes fuites de la tumulte, ils ont fini par découvrir le pot aux roses.

Au début, la tactique pour essayer d’entrer étais simplement de se glisser les doigts sous la porte en hurlant : »PAAAAAPPPAAAAAA ». J’ai partiellement déjoué ce stratagème en allumant le ventilateur. Les petits doigts étaient encore là, mais au moins leur petite voix stridente était enterrée par le bruit du ventilateur.

 

Je vous l’ai dit: on fait se qu’on peut avec se qu’on a. Malgré cette défaite, ils n’ont pas baissé les bras. S’il la force ne fonctionnait plus, ils y sont allés par la ruse. Mon plus vieux étant en apprentissage de la propreté, il sait qu’il doit nous avertir lorsqu’il doit aller sur le pot…

17974644_10156161446844768_1929539292_n

 

Faque c’est sa, J’AVAIS un endroit de tranquillité …..

Maintenant, ma vue du siège ressemble à ça!

*faire chanter la baleine: Manière polie de dire qu’on fait un numéro deux, mais d’après moi, t’avais compris 🙂

Est-ce qu’il te reste un coin « tranquille » chez vous?

Marc Miller