On a appris ce matin qu’un père de la région de l’Outaouais a récemment été condamné à une peine “d’emprisonnement” de 4 mois dans la collectivité, à verser 500$ à un organisme de bienfaisance et à effectuer 50 heures de travaux communautaires pour avoir forcé sa fille de 8 ans à manger des choux de Bruxelles.

J’ai mis des guillemets à emprisonnement, car lorsque purgée dans la collectivité, le condamné est simplement assigné à résidence et ce, en dehors de ses heures de travail. Donc il peut vaquer à ses occupations, travailler, se prendre une petite bière sur son patio et tondre son gazon comme d’habitude.

Si tu n’as pas vu passer la nouvelle et avant de capoter pensant qu’on ne pourra plus forcer nos enfants à goûter à des légumes, voici quelques faits saillants de cette triste histoire qui implique un homme qu’on pourrait qualifier de multiples suffixes, mais surtout pas de cool dad…

La petite a passé toute la nuit assise sur sa chaise devant son assiette de légume.

Quand elle s’endormait, il la réveillait pour continuer de la sermonner. La privation de sommeil est une technique de torture utilisée à Guantanamo par la C.I.A. et vertement critiquée par l’O.N.U.

La fillette a uriné sur place et a été forcée de passer la nuit mouillée et souillée avant de finalement commencer à souffrir d’hypothermie.

Enfin, après avoir vomi l’entièreté des choux ingérés, la fillette a pu sortir de table sous promesse de finir le chou restant un peu plus tard.

Et pendant tout ce temps, le père échangeait des textos humoristiques avec sa femme sur ce qui se passait à la maison!

Ma première réflexion fût un peu rapide et stéréotypée j’en conçois: j’ai tout de suite imaginé un jeune père issu d’un milieu défavorisé, avec une faible éducation et qui a probablement eu des parents trop sévères ou incompétents…

Quoi?

Ne viens pas me dire que je suis le seul à avoir des préjugés? Au moins, j’en suis conscient et j’essaie de changer. Ce n’est pas parce que t’as pas une cenne que t’es un mauvais parent, mais nos esprits font un peu ce qu’ils veulent et tendent à réagir émotivement à de telles nouvelles.

Du tout, l’homme de 42 ans est, (j’espère que t’es bien assis) enseignant en technique d’éducation spécialisée dans un établissement collégial et est titulaire d’une maîtrise en psychoéducation

Il enseigne à ceux qui devront prendre en charge des enfants vivant des difficultés!

Je pourrais passer les 15 prochaines pages à vider ma haine et mon dégoût sur cet homme, sur ses techniques de gestion de conflits dignes de camps de concentration et sur la façon dont on devrait traiter ce type d’individu, mais au Québec, il est maintenant très clair que le sort des enfants nous importe moins que la réglementation sur les pitbulls!

Mise en contexte.

Est-ce que je dois vous rappeler qu’après plusieurs incarcérations, interventions policières et de la DPJ, auprès d’Audrey Gagnon, on ne lui a jamais retiré la garde petite Rosalie qui a terminé sa triste vie poignardée et jetée aux ordures?

Est-ce qu’on parle un peu du procès de Guy Turcotte, reconnu non criminellement responsable du meurtre de ses deux enfants?

Oui, un nouveau procès a été ordonné et Turcotte est maintenant derrière les barreaux, mais arrêtons de nous mettre la tête dans le sable! Le système de justice avait tranché et le politique est clairement revenu sur sa décision simplement pour atténuer la réaction populaire et éviter les foudres de la population et des médias.

Puis les deux tartes (excuse-moi, j’en perds mes politesses) qui viennent de faire les manchettes pour avoir abandonné des jumelles de 2 ans sans surveillance pendant plusieurs heures…

On parie combien que d’ici quelques mois, les petites seront de retour dans ce foyer dysfonctionnel et dangereux? Elles y seront combien de temps encore avant qu’on en retrouve une froide et raide sur le sol crasseux d’un appartement insalubre parce qu’elle aura avalé une pilule à maman qui traine au sol ou qu’elle aura chuté du balcon du 3e étage?

Voici l’histoire en question: https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1106509/deux-femmes-arretees-abandon-sequestration-enfants-charlesbourg

Au Québec, on se souci peu du sort des faibles et des laissés pour contre. Les malades, les personnes âgées, les enfants, notre bon système s’en balance!

Dans la république du Québec, on s’occupe de ceux qui crient, qui quémandent et protestent.

Les artistes se plaignent des droits d’auteur, de Spotify et de Netflix, on leur lance des millions en subventions et en programmes d’aide à la création. Les écolos s’époumonent sur le sort des tortues et des poissons, on nomme le sac de plastique et la bouteille d’eau comme ennemis numéro un et on leur fait la guerre avec plus de force et de moyens qu’on cherche une cure contre le cancer. Les étudiantes prennet les rues d’assaut pour protester contre une augmentation des frais scolaire de 32$, le gouvernement fait marche arrière et bonifie les programmes de prêts et bourse à outrance.

C’est ben de valeur, mais si tu es trop petit pour tenir une pancarte, trop vieux pour prendre part à une manif ou trop malade pour allé crier à l’hôtel de ville, nos politiciens se sacrent pas mal de toi. De toute façon, les très vieux, les enfants pis les malades, ça vote pas…

Le sort des enfants, la DPJ, l’état de nos écoles, de nos hôpitaux et l’avenir de notre jeunesse, on s’en balance. Mettre 100,000 voitures électriques sur nos routes, bâtir un tramway dont personne ne veut et construire des éoliennes déficitaires pour faire travailler des syndiqués en région, c’est ça qui compte.

Tu ne me crois pas qu’on s’en balance? Regarde ce qu’on fait avec un ami du système qui se fait prendre avec 15,000 photos de pornographie juvénile. Pas de prison, pas d’amende ni dossier criminel pour le bon Robert Côté.

L’ancien vice-président de la caisse de dépôt s’en sort même avec une absolution. C’est pas de sa faute dans le fond, Bob était en dépression quand il a downloadé tout se matériel pornographie mettant en scène de petits enfants.

Pour en savoir plus sur Bob et ses passes temps: http://www.journaldemontreal.com/2018/06/04/porno-juvenile–pas-de-casier-pour-un-ex-vp-de-la-caisse

Ouf, je me demande vraiment si un jour, quelqu’un osera se lever et se battre pour protéger les enfants pour vrai au lieu de se contenter de promettre des réformes.

p.s. J’avais vraiment l’intention d’écrire un texte sur mes meilleurs conseils pour faire manger des légumes à tes petits… Là, je suis juste trop en tab… pour parler de brocoli et de navets. Ça sera pour une prochaine fois.

En attendant, la prochaine fois que tu passeras devant une école qui tombe en ruine, dis-toi que les profs qui y travaillent gagnent à peu près la même chose que les employés de la S.A.Q.

Le premier forme la société de demain, le deuxième met des bouteilles sur des tablettes.

T’en penses quoi? J’aimerais ça être dans le champ, mais je pense malheureusement que je suis dans le mile.